Intérêts de la Chirurgie Urologique par Laparoscopie

La laparoscopie, ou coelioscopie, est une technique chirurgicale mini-invasive qui consiste à réaliser les opérations dans l'abdomen au travers de très petites incisions cutanées.

Laparoscopie

Laparoscopie

Dans un premier temps, le chirurgien introduit une fine aiguille dans le ventre et gonfle la cavité abdominale du patient à l'aide de gaz carbonique. Ensuite, il place des trocarts, sortes de tubes métalliques ou en plastique, qui permettront d'introduire une mini caméra vidéo et des instruments chirurgicaux très fins. Le chirurgien réalise l'opération en visualisant les images captées par la caméra sur un écran vidéo-tv classique, en deux dimensions, qui est placé à proximité du patient.

Depuis de nombreuses années, la chirurgie laparoscopique constitue le nouveau standard indiscutable pour toute une série d'opérations urologiques telles que la cure de prolapsus, les néphrectomies ou les cures de sténose de la jonction pyélo-urétérale par exemple. Dans toutes ces indications, on a clairement démontré des avantages majeurs par rapport à la chirurgie à ventre ouvert (laparotomie) : les opérations sont réalisées avec plus de précision et l'on peut réaliser des gestes chirurgicaux impossibles en chirurgie ouverte. Le patient bénéficie par ailleurs des avantages d'une chirurgie mini invasive : réduction de la perte sanguine, suites opératoires allégées, avec diminution de la douleur, amélioration de la récupération fonctionnelle et retour plus rapide à une vie normale *.

La laparoscopie conventionnelle comporte cependant certains inconvénients. Les instruments utilisés, rigides et non-articulés, sont peu ergonomiques et l'image fournie par la caméra est en deux dimensions, comme un téléviseur standard, et non en relief comme la vue dont on dispose en vision oculaire directe. Ces inconvénients rendent certains gestes techniques très délicats. Ces difficultés se rencontrent essentiellement lors du traitement du cancer de prostate par prostatectomie radicale.Cette opération nécessite un long apprentissage chirurgical et reste particulièrement complexe, même pour des chirurgiens disposant d'une grande expertise en laparoscopie. Ceci explique sans doute le fait que nous sommes un des rares centres à la pratiquer en routine en Wallonie, et ce, depuis 1999.

Ces inconvénients sont complètement solutionnés par l'utilisation du robot chirurgical Da Vinci, qui utilise des instruments multi-articulés ultra-précis et une caméra double qui offre une image en trois dimensions, c'est-à-dire en relief. Le robot permet de réaliser avec une précision extrême des gestes réputés impossibles en chirurgie ouverte ou en laparoscopie conventionnelle.

*Les avantages de la chirurgie mini invasive correspondent à des données statistiques. Les complications sont moins fréquentes et la récupération globale est meilleure, mais la notion de risque per ou post opératoire n'est évidemment pas complètement effacée (maladie plus importante que prévu par les examens, saignement, infection, défaut de cicatrisation, embolie, etc).Cette notion est abordée par votre chirurgien qui vous donne toutes les explications utiles et nécessaires avant l'opération.

Vous trouverez, en cliquant ici, encore plus d'informations dans notre Dossier Urologie : Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations.